Korval en bronze !

Source l’équipe

Korval en bronze

Privé de finale après une demie très accrochée, le jeune Français Loïc Korval s'est reconcentré pour s'offrir le bronze en -66kg.(AFP)
Privé de finale après une demie très accrochée, le jeune Français Loïc Korval s’est reconcentré pour s’offrir le bronze en -66kg.(AFP)

Loïc Korval est une boule d’émotion. Sur le tatami, le jeune homme de 22 ans était furieux, engagé, terriblement volontaire. Il multiplie les attaques et asphyxie ses adversaires, qui se font sanctionner pour non-combativité. C’est le cas de l’Ouzbek Mirzahid Farmonov, sa victime dans le match pour la médaille de bronze en -66kg, dimanche. Malgré des attaques imprécises, précipitées, le Français n’a pas baissé sa garde, il est allé au combat. Son regard était en feu, celui de l’Ouzbek est resté froid. Jusqu’au bout, et malgré une demi-finale éprouvante face au Japonais Junpei Morishita, le Nogentais est resté dans le match. Il n’a pas levé les bras trop vite. Mais une fois sa victoire officielle, il a fondu en larmes et a dédié sa première médaille mondiale dans un championnat à son père.

«C’est plein de bonheur, de douleurs et de déception. Je suis quand même sur le podium. Mais je ne voulais pas celle de bronze. J’avais mieux à faire. Je pense que je n’avais pas perdu mon combat en demi-finales. Le plus dur a été de perdre en demi», a tempêté Korval. «J’avais jamais éprouvé ça auparavant, une douleur au plus profond de moi. J’étais venu pour gagner. Je pense que je me suis fait voler, entre guillemets. C’est encore pesant. L’année prochaine, il y a les Championnats du monde à Paris et si j’ai perdu contre un Japonais au Japon, hors de question que je perde à Paris !» a-t-il conclu.

Jossinet sans médaille

Une médaille de bronze que l’on attendait plutôt à voir autour du cou de Frédérique Jossinet (-48 kg). Mais la multi médaillée mondiale a subi un revers au même stade de la compétition. La Française menait d’un point avant de s’incliner sur ippon face à la Brésilienne Sarah Menezes. Dure défaite pour la judokate de 34 ans, médaillée de bronze aux Mondiaux de Rotterdam l’an passé dans cette catégorie.

Les autres Français en lice ont eu moins de chance. Sofiane Milous (-60kg) et Laeticia Payet (-48kg) sont tombés en huitièmes de finale, Pénélope Bonna (-52kg) au 2e tour et David Larose (-66kg) au premier.

Les médaillés :

Le Japon a encore alourdi de six médailles sa moisson mondiale, dimanche. Chez les femmes, Haruna Asami a été sacrée en -48 kg en battant en finale sa compatriote Tomoko Fukumi. Même duel nippo-nippon remporté par Yuka Nishida face à Misato Nakamura en -52 kg. Chez les hommes, Jumpei Morishita (-66kg) s’est imposé face au Brésilien Leandro Cunha. L’or des -60kg, seule médaille d’or à échapper aux Japonais, est revenu à l’Ouzbek Rishod Sobirov.